15 mai 2019

Akizuki - Feu destructeur!

L’Akizuki est le navire de tête d’une classe de 12 destroyers, construits pour la marine impériale japonaise de 1940 à la fin de la guerre. Développé spécifiquement pour fournir une couverture anti-aérienne efficace aux forces opérationnelles de porte-avions, l’Akizuki offrira à ses capitaines la meilleure plate-forme anti-aérienne disponible dans la gamme des destroyers du prochain arbre des forces navales japonaises, disponible dans War Thunder avec la mise à jour 1.89!

En bref: Un destroyer japonais de conception tardive, spécialisé dans la lutte contre les avions avec sa cadence de tir élevée et ses nombreuses armes secondaires.

Histoire

À la fin des années 1920, le premier groupe opérationnel de porte-avions japonais composé de deux porte-avions et de deux destroyers a été constitué. Les deux destroyers se sont révélés inadaptés en tant qu'escorteurs de porte-avions en raison de leur manque de capacités et de portée, d'où la nécessité de faire appel à des navires plus spécialisés.

Au départ, les croiseurs avaient été choisis pour escorter les porte-avions, considérés, entre autres avantages, comme dotés de capacités antiaériennes décentes. Cependant, cette proposition a été rejetée peu de temps après, en raison d'un certain nombre de problèmes anticipés. Au lieu de cela, la décision fut prise de construire des destroyers antiaériens spécialement conçus, qui tiendraient le rôle d'escorte de porte-avions.

Déjà en juillet 1938, un projet attendait l'approbation du haut commandement de l'IJN. Cependant, la version initiale promettait des performances irréalistes et était privée de caractéristiques spécifiques des destroyers, telles que des lance-torpilles. En conséquence, on demanda de réviser le projet et un nouveau concept fut proposé en septembre. Le modèle final fut ensuite approuvé en avril 1939 et les premiers ordres de construction pour les nouveaux destroyers de la classe Akizuki suivirent peu de temps après.

La construction de l’Akizuki, le vaisseau leader de sa classe, démarra dans l'arsenal naval de Maizuru en juillet 1940 et fut achevée en juin 1942. Immédiatement après sa commande, l’Akizuki a pris part à la bataille des Solomons orientales en août, avant de participer à la campagne de Guadalcanal. Après ses premiers engagements, l’Akizuki rentra au Japon pour des réparations, fin 1942.

En janvier 1943, l’Akizuki est engagé par le sous-marin américain USS Nautilus et subit de graves dommages. Les travaux de réparation qui ont suivi ont duré jusqu’en octobre, avant que le navire ne soit déclaré prêt au combat. Après avoir participé à la bataille de la mer des Philippines en juin 1944, l’Akizuki partit pour ce qui allait être sa dernière mission en octobre 1944. Au cours de la bataille du Cap Engaño, l’Akizuki subit une explosion catastrophique qui finit par le faire couler.

Classe Akizuki (1944). Destroyer, Japon, rang III. 

Plus:

  • 8 canons de 100 mm multi-usages
  • 35 canons antiaéreins de 25 mm
  • Puissantes torpilles

Moins:

  • Pas d'obus perforant pour les canons principaux
image
image

L’Akizuki sera le destroyer le plus performant du prochain arbre naval japonais, disponible pour les capitaines de War Thunder avec la publication de la mise à jour 1.89. Bien que présentant une apparence visuelle caractéristique des destroyers japonais de l’époque, l’Akizuki est unique en son genre et se distingue des navires contemporains par son design et par son rôle.

Contrairement à la plupart des destroyers japonais, l'Akizuki a été spécialement conçu pour jouer un rôle anti-aérien et pour couvrir les porte-avions. En tant que tel, les constructeurs de navires ont doté l'Akizuki de ce qui était considéré comme le meilleur canon anti-aérien japonais de la Seconde Guerre mondiale: le canon de type 98 de 100 mm. Ces huit canons, répartis sur quatre tourelles doubles, constituent l’armement principal de l’Akizuki. Grâce à leur double fonction et à leur cadence de tir extrêmement élevée, ils sont très efficaces contre les cibles de surface et aériennes.

Download Wallpaper:

Alors que les armes principales constituaient l’essentiel de la puissance de feu de l’Akizuki au moment de sa mise en service en 1942, l’Akizuki que nous avons décidé d’introduire dans War Thunder se présente sous une version modernisée de la fin de guerre, datant de 1944. Cette version, en plus de l’armement principal et du lanceur quadruple de torpilles de 610 mm comportent des quantités considérablement renforcées d’armes antiaériennes.

L’Akizuki offre ainsi à ses futurs capitaines un arsenal impressionnant d'armes AA de petit calibre, composées de 35 canons automatiques de 25 mm répartis sur de nombreuses tourelles. Avec une telle gamme d’armes auxiliaires, les capitaines de l’Akizuki ne devraient pas avoir beaucoup de peine à garder le ciel dégagé, en neutralisant ou effrayant les oiseaux hostiles volant à proximité de leur navire de guerre.

Si la puissance de feu de l’Akizuki est de premier ordre par rapport à d’autres destroyers japonais, sa mobilité donne une image bien différente. Contrairement à ses homologues, l’Akizuki parvient à atteindre la vitesse maximale la plus basse de tous les destroyers japonais, dépassant à pene 33 nœuds (61 km/h). Néanmoins, cette vitesse maximale, atteinte grâce aux 54 000 chevaux générés par le moteur de l’Akizuki, reste très respectable par rapport aux destroyers d’autres nations.

L’Akizuki arrive dans War Thunder avec l’arbre des forces navales japonaises, et entre en jeu avec la sortie de la prochaine mise à jour 1.89. En attendant, restez à l’écoute pour plus d’informations sur la prochaine mise à jour majeure à venir. Jusque-là, capitaines, nous vous souhaitons des mers calmes!


L'équipe War Thunder

Précédents devblogs:

 

Commentaires (12)

Commenting is no longer available for this news

Cookie-files

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.