War Thunder background
Le Typhoon IB
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.

Hawker Typhoon Mk. 1b, de l'escadron 609 , RAF Torney Island, 6 juin 1944.
camouflage de Kabanovich | Télécharger


En 1938 l’entreprise Hawker Siddeley commence à travailler sur un appareil qui pourrait répondre à l’appel d’offres F.18/37 du Ministère de l’Aviation qui demandait un chasseur pouvant atteindre ou dépasser les 644km/h à une altitude de 15,000 pieds, soit 4 600km, en étant propulsé par un moteur britannique, armé de 12 mitrailleuses Browning de 7,7 mm comptant chacune 500 munitions.

Hawker Typhoon Mk IB de l'escadron No. 486 RAF en vol, 1943

L’ingénieur en charge du projet, Sidney Camm, avait le choix entre quatre moteurs – le Bristol Centaurus, le Rolls Royce Griffon, le Rolls Royce Vulture et le Napier Sabre. Pour des raisons qui lui sont propres, Camm prit la décision de travailler avec les deux derniers, malgré leur complexité et leur manque de fiabilité.
En conséquence, deux versions de l’appareil prototype furent développées : le Type R ou Tornado, qui était propulsé par le Rolls Royce Vulture, et le Type N ou Typhoon, propulsé par le Napier Sabre. Le développement du type R fut abandonné assez rapidement quand Rolls Royce abandonna le développement du Vulture, un moteur dont on se souviendrait pour avoir été l’un des pires jamais produits.

Ainsi, Hawker Siddeley se retrouva à se concentrer uniquement sur le développement du Typhoon, qui, sans aucun doute, nécessitait autant d’attention que possible.
Dans les premiers jours, l’appareil terrifia autant ses ennemis que ses propres pilotes, car, au cours du développement, et Durant un long moment avant de parvenir à résoudre ses problèmes, il avait une fâcheuse tendance à exploser, ou, si vous aviez assez de chance pour quitter le sol, à se séparer brusquement de sa queue sans aucune forme d’avertissement.
En fait, Philip Lucas, le pilote d’essai qui fit le premier l’expérience des nombreux problèmes, souvent létaux, de l’appareil, se vit même récompensé de la George Medal pour être parvenu à ramener au sol un prototype qui se désintégrait rapidement en vol.

Camm avait décidé de réitérer le succès qu’avait été l’Hurricane, et avait décidé de doter l’appareil d’une aile épaisse qui serait plus stables au moment des tirs de canon. Malheureusement, cela le rendait du même coup incompatible avec les impératifs propres à un chasseur de haute altitude, ce qui avait été l’objectif de départ des travaux. De plus, le moteur de type Sabre se montrait décevant quant au taux de montée, et ne parvenait pas à être performant à haute altitude.

 Hawker Typhoon Mark IB (s/n EK139, "HH-N") "Dirty Dora", de l'escadron No 175 , Royal Air Force, en plein entretien à Colerne

Une fois que le dispositif d’accès des pilotes, qui était universellement détesté, fut retiré au profit d’une verrière en forme de bulle, où les 12 mitrailleuses de 7.7mm furent remplacées par quatre canons Hispano-Suiza de 20 mm, et le fuselage renforcé pour empêcher l’arrière de l’appareil de partir à l’aventure tout seul, nous en étions plus ou moins arrivés au Typhoon 1B.

Le Typhoon avait été sur le point d’être abandonné à de nombreuses reprises, mais il se révéla tout à fait excellent dans plusieurs domaines. Récalcitrant ou non, le moteur Sabre à 24 cylindres permettait d’atteindre une vitesse maximale de 412mph, ou 664km/h, et se révélait parfait pour chercher et chaser les chasseurs-bombardiers allemands qui ravageaient la côte méridionale anglaise, et, s’il n’était pas pris sur le fait, parvenait ensuite à s’échapper pour regagner le continent. Désormais, sur leur chemin de retour, ils se retrouvaient confrontés à un véritable monstre parfaitement capable de les descendre.
Le second rôle dans lequel il excellait, de même que son prédécesseur, l’Hawker Hurricane, était celui d’attaque au sol. Les ailes épaisses étaient idéales pour transporter divers engins explosifs, ainsi que les canons de 20mm qui permettaient de se débarrasser facilement des cibles non blindées.

Il pouvait transporter jusqu’à huit roquettes avec une tête de 60lb, ou 27 kilos, ou huit plus légère, de 25lb ou 11 kilos. De manière alternative, il pouvait porter deux bombes de 500lb, ou 226 kilos, les versions ultérieures de l’appareil permettant de doubles les capacités de transport.
Le Typhoon contribua ainsi à renverser les rôles avec les Allemands, et, à partir de 1943, perturbait les lignes de communications allemandes, détruisait certaines cibles dans le Nord de la France. En août 1944, pendant la bataille de la poche de Falaise – qui fut le théâtre décisif de la Bataille de Normandie, les Typhoons de la 2nd Tactical Air Force parvinrent à mettre hors de combat 175 chars ennemis en un seul jour.

Trois variantes de l’appareil – les 1a, 1B L et 1B, avion premium. Le 1A, de tier 2, comme dans la réalité, est armé de 12 Browning de 7.7mm, et peut porter jusqu’à 1,000lbs de bombes. Comme dans la réalité, les mitrailleuses sont plutôt efficaces pour endommager un appareil ennemi, mais il faut vraiment des 20mm pour faire de gros impacts. Le 1B premium de tier 3 le fait très bien, et peut transporter 1000lb de bombes, mais, pour moi, cet appareil donne vraiment le meilleur de lui même quand on débloque le L – le L signifiant Late – qui, en plus des 1000lb de bombes, compte 8 roquettes de 152mm, et une vitesse supérieure de 21 mph, ou 32km/h sur le 1B, ce qui porte sa vitesse à 411mph, ou 661km/h.

 Henry "Digital Digging" Rothwell


Dans l'une des prochaines mises à jour nous allons introduire :
L'emblème de l'escadron N° 609 RAF et celle du No. 193 RAF:

Décalcos de Jej 'CharlieFoxtrot' Ortiz et Colin 'Fenris' Muir



Rejoignez-nous sur  et   , ou encore sur le Forum !

Lire plus:
Le Jour de la Victoire dans War Thunder
  • 8 mai 2024
Pages d'Histoire (Juin): Le génie militaire
  • 30 mai 2024
Nouvelles cartes: Vallée mystérieuse et Mer de Béring!
  • 30 mai 2024
Puissance des États-Unis: L'histoire des bombardiers américains
  • 29 mai 2024