War Thunder background
Munitions perforantes.
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.


M41 Walker Bulldog - disponible AP avec : M339 AP , M319 APCR & M331A2 APDS
camouflage de JoKeR_BvB09 | Télécharger


Après la Première Guerre Mondiale, le concept tout nouveau des tanks entra dans une phase de développement très rapide. Leur blindage devint rapidement beaucoup plus épais, et de nouvelles munitions devinrent vite nécessaires. Dans l’entre-deux guerres, plusieurs types d’obus anti-blindage apparurent, et leur développement continua tout au long de la Seconde Guerre Mondiale.

 

cartouche et obus d'un British 17 l'arme anti-tank ultime. 

Le premier obus de ce type à avoir été développé était très basique, l’obus de type AP (Armour Piercing). Il était généralement fabriqué en acier. Ces obus tiraient leur force de l’énergie cinétique pour pénétrer le blindage ennemi, et devaient donc être tirés à grande vitesse. Cependant leur potentiel de pénétration diminuait avec la distance. De l’acier classique aurait explosé où se serait déformé à l’impact, il fut donc rapidement évident qu’un acier à haute teneur en carbone, beaucoup plus dur, devait être utilisé pour ces obus. A l’impact, ces obus agissaient comme des balles de fusil, causant des dégâts en traversant grâce à son poids. L’exemple typique de ce type d’obus est l’obus Américain de 75mm M72.

 

Lorsque les blindages commencèrent à être durcis grâce à de nouveaux procédés industriels, les obus AP devinrent moins efficaces. Il avaient tendance à ricocher ou à se détruire à l’impact. De nouveaux obus de type APC (Armour-Piercing, Capped) firent leur apparition. C’était tout simplement des obus AP améliorés, qui possédaient une pointe encore plus dure. La pointe servait à percer et protégeait le reste de l’obus. Le corps de l’obus était donc fabriqué dans un acier plus mou pour des soucis d’économie, les aciers très durs coûtant bien plus cher. Un exemple d’obus APC est l’obus Américain de 37mm M51.

 

Les obus AP et APC étaient efficaces contre beaucoup de blindages, mais leur forme n’était pas très aérodynamique, causant des turbulences lors du déplacement de l’obus, ce qui avait pour effet de diminuer considérablement la portée des projectiles. Ce problème fut résolu par l’ajout d’une pointe ballistique (ballistic cap). Cette pointe, fabriquée dans un acier très mou, était là uniquement pour recouvrir l’obus et lui donner une meilleure pénétration dans l’air. Lors de l’impact, cette pointe se détruisait immédiatement, libérant la pointe perforante en acier très dur de l’obus. L’obus perdait très légèrement en pénétration à faible distance de tir, mais gagnait énormément en pénétration à longue distance. La combinaison d’un obus avec une pointe ballistique a reçu le code d’obus APBC (Armour Piercing, Ballistic Cap), tandis qu’un obus APC reçut le code de APCBC (Armour Piercing Capped, Ballistic Cap). L’obus Américain de 76mm M62 fait partie de ce type.

 

Parallèlement à l’augmentation de la pénétration, les ingénieurs planchèrent sur des moyens de rendre les obus plus meurtriers. Ils ajoutèrent donc une charge explosive HE aux obus. A l’intérieur de la pointe une cavité fut creusée, remplie d’explosif et équipé d’un mécanisme retardant, comme dans une grenade. Lors de l’impact, le retardant s’enflammait. Lorsque l’obus avait finit de traverser le blindage, le retardant était entièrement consumé et la flamme atteignait la charge explosive. L’obus explosait alors à l’intérieur du tank, produisant des éclats meurtriers pour l’équipage et destructeurs pour la mécanique du tank. Cette amélioration avait un désavantage cependant. La charge explosive fragilisait l’obus, qui était alors susceptible de se briser contre le blindage. Des charges explosives furent ajoutés dans des obus APCBC (comme l’obus de 75mm Allemand PzGr 39, emportant 18g d’explosif), dans des obus AP/APBC ce qui donna naissance aux obus APHE (Armour Piercing, High Explosive), dont on peut citer comme exemple l’obus Soviétique de 85mm BR-365K, et aux obus APHEBC (Armour Piercing High Explosive, Ballistic Cap), avec l’obus Soviétique de 122mm BR-471B par exemple.

Munition à sabot utilisée sur les tanks modernes

Néanmoins les blindages continuèrent à être améliorés, et il fut bientôt nécessaire de trouver comment augmenter la vitesse des obus, afin d’augmenter l’énergie cinétique et les propriétés de pénétration. Une solution simple pour cela était d’augmenter la quantité d’explosif propulseur. Cependant cette solution n’était pas pratique et coûtait cher, puisqu’il aurait fallu construire des munitions avec des douilles plus grosses, et augmenter la taille de la chambre de chargement des canons. Un nouveau type d’obus fut imaginé, basé sur l’idée de réduire la taille de la partie de l’obus qui devait pénétrer dans le blindage. L’obus APCR (Armour Piercing, COmposite Rigid) était né. Cet obus particulier peut en fait être décrit comme étant un obus à deux couches. La partie qui pénètre vraiment lors de l’impact est située au coeur, et est composée d’un matériau extrêmement dur comme du carbure de tungstène. Autour de ce coeur on retrouve une enveloppe en Aluminium, très légère. Ces obus permirent d’obtenir des vitesse très élevées (dépassant souvent les 1000m/s) car ils pesaient moins lourd pour la même quantité d’explosif propulseur. Cette vitesse leur permettait de percer des blindages très épais. Cependant la faible masse des APCR et l’absence de charge explosive HE à l’intérieur diminuait fortement leur pouvoir de destruction à l’intérieur du tank ennemi. De plus les APCR étant plus légers, ils perdaient de la vitesse très rapidement et étaient plus susceptibles de ricocher que les autres types d’obus.


Les obus APDS (Armor Piercing, Discarding Sabot) vinrent à la suite des APCR. Ce type d’obus utilisait aussi une couche de métal mou en surface et un coeur très dur, mais dans le cas des obus APDS la couche extérieur se détruisait dès la sortie du canon, laissant le coeur dur filer vers l’ennemi. Les APDS possédaient une pénétration encore meilleure que les APCR, mais partageaient les mêmes inconvénient (peu de dommages internes, performances faibles à longue distance, et grosse chance de ricocher contre un blindage incliné). Historiquement les APDS furent utilisés en petit nombre par l’Armée Britannique comme munitions pour ses canons anti-tanks de 17 pouces, et en jeu vous pouvez retrouver ce type de munitions chez les Américains avec l’obus de 76mm M331A2, présent sur le M41A1 Walker Bulldog.

Munition super-explosive anti-char 

Lors de la Seconde Guerre Mondiale un autre type d’obus anti blindage fut utilisé, l’obus HEAT (High Explosive Anti Tank). Ces obus comprenaient une cavité conique remplie de cuivre et d’explosif. A l’impact la charge explosive était mise à feu instantanément, portant le cuivre à très haute température et le faisant fondre. La forme conique de la cavité entraînait la formation d’un jet supersonique de cuivre en fusion, qui perçait le blindage et rentrait dans l’habitacle. Tout ce qui se trouvait dans la trajectoire du métal en fusion était instantanément vaporisé, causant des dommages internes impressionnants et tuant ou blessant l’équipage. Les obus HEAT étaient spéciaux car ils ne fonctionnaient pas avec l’énergie cinétique. Leur capacité de pénétration ne variait donc pas avec la vitesse ni avec la distance, ce qui en faisait des munitions parfaites pour les armes anti-chars de l’infanterie (comme les Bazookas M10 ou les Panzerfaust), ainsi que pour les canons à faible vitesse d’expulsion. Néanmoins la faible vitesse des HEAT rendait la visée à longue distance difficile, et ces obus pouvaient facilement être contrés en installant des blindages espacés (les fameuses “jupes” des tanks), qui faisaient exploser l’obus prématurément avant qu’il n’atteigne le véritable blindage du véhicule.

Jan “RayPall“ Kozák

Rejoignez-nous sur  et   , ou encore sur le Forum !

Lire plus:
Mad Thunder: Rage et Butin!
  • 1 avril 2024
La boîte à outils!
  • 8 avril 2024
Vehicle du Battle Pass: Kungstiger
  • 19 avril 2024
Véhicules du Battle Pass: P-51C-11-NT Mustang (Chine)
  • 18 avril 2024