War Thunder background
Noël dans la Seconde Guerre mondiale
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.

Camouflage de Noël non historique du Spitfire HF Mk.IXe, par cambridge79 | Télécharger


Noël a toujours été une journée de paix et de calme, l’occasion pour toute la famille de se retrouver autour d’un dîner festif au pied du sapin, de s’échanger des cadeaux, de chanter ou d’autres célébrations. C’est sans nul doute la fête la plus attendue de l’année pour beaucoup de personnes.

 

Soldats britanniques
Noël 1944 en Hollande.

Malheureusement dans l’Histoire il y a eu plusieurs années où Noël a été une journée beaucoup moins réjouissante, particulièrement pour les soldats de la Seconde Guerre Mondiale, peu importe leur nationalité, qui passèrent généralement le jour de Noël loin de leur famille et dans des conditions atroces. 

 

“Dans le nuit du Réveillon, dans une cabane qui était miraculeusement presque intacte, onze soldats se joignirent à moi pour un petit moment de calme. Ce fut difficile de communiquer avec eux, ils étaient tous apeurés, désabusés et en proie au doute (...) Il y a de nombreux types d’autels dans le monde, mais sûrement aucun qui ressemble à celui que j’ai utilisé. Hier mon autel n’était qu’une caisse contenant des obus anti-aériens, que j’ai recouvert d’un tissu gris appartenant à un camarade dont j’ai fermé définitivement les yeux vendredi dernier dans cette même pièce. (...) J’ai lu à ces garçons l’histoire de Noël selon le Gospel de Luke, chapitre 2, versets 1-17 (...) et j’ai prié le Seigneur pour qu’il ait pitié d’eux et leur accorde sa grâce. Quand la cérémonie fut finie, nous nous sommes tous serrés la main. Nous avons échangé nos adresses, et nous nous sommes promis d’aller voir nos familles respectives pour leur raconter cette célébration de Noël 1942, si l’un de nous avait la chance de retourner en vie à la maison.” Leur camarades du LVII. Panzer-Krops, basés au sud de Stalingrad, n’eurent même pas le temps d’improviser une célébration. Ils passèrent Noël dans leurs tanks, essayant d’effectuer une percée dans l’encerclement Soviétique qui s’était refermé sur eux le 23 décembre. Seuls quelques tankistes furent assez chanceux d’avoir le temps de préparer un sapin de Noël et de lire quelques lettres.

 

Noël à bord du HMS Westminster, 1941.

Dans des conditions différentes mais aussi terribles, dans la chaleur accablante du désert d’Afrique du Nord, Noël fut célébré par les Britanniques et les soldats du Commonwealth. Gilbert Wilson, un tankiste Britannique de la 10th Royal Hussar, a écrit: “Noël 1941. Un jour particuliers. Nous avons pu fêter ce jour avec du bacon, des saucisses et quelques biscuits (...) Dans la soirée nous avons chanté avec les autres officiers. Je me suis aussi installé dans mon tank afin de brancher la radio et écouter le ‘Old Mother Riley’ et les informations. Les Royal Dragoons sont entrés dans Benghazi.“

 

A l’autre bout du monde, les marins Américains célébrèrent aussi Noël à leur façon. Jack Gingrich, qui faisait partie de l’équipage du navire ravitailleur USS Chikaskia, a écrit: “Nous avons fait le réveillon avec un petit dîner sur le pont. Nous avons bricolé un sapin de Noël avec les moyens du bord. C’était mieux que rien. Nous avons chanté des cantiques. Je ne me rappelle plus si nous avions un véritable prêtre à bord, mais un membre de l’équipage effectua un service religieux.” Leur compatriotes Américains basés en Angleterre en 1942 fêtèrent Noël aussi à leur manière. La plupart de ces Américains étaient des soldats, des ingénieurs et des aviateurs, qui avaient comme mission de préparer tout le nécessaire pour l’arrivée des avions Américains et des troupes pour l’invasion de l’Europe. Le personnel de la base de l’USAAF de Shipdham prépara même une grande fête de Noël pour les enfants des environs.

 

Cet évènement, affublé du nom de code “Operation Reinderr” (Opération renne de Noël) fut organisé dans un hangar décoré avec des feux de signalisation de l’aérodrome, des cloches en argent et un sapin de Noël géant décoré avec des feuilles “Chaff” en aluminium, qui étaient des petits bouts de papier aluminium que larguaient les bombardiers Britanniques pendant qu’ils volaient au dessus de l’Allemagne afin de brouiller les radars. Le clou de la soirée fut lorsqu’un petit avion Piper Cub atterrit, et qu’un Père Noël en descendit. Les enfants reçurent des sachets de bonbons, un véritable trésor en ces temps où le rationnement était très dur.

 

Soldats allemands, célébrant Noël
1939.

Il n’y eut pas pendant le Seconde Guerre Mondiale de paix tacite le jour de Noël comme il y avait eu en 1914 pendant la Première Guerre Mondiale. Néanmoins un certain nombre d’évènements de plus petite échelle eurent lieu chaque année. C’est ainsi qu’en décembre 1944, alors que la bataille des Ardennes faisait rage à la frontière Germano-Belge, une femme Allemande du nom d’Elizabeth Vincken entendu quelqu’un frapper à la porte de sa modeste maison. A sa plus grande surprise, elle trouve trois soldats Américains complètement congelés qui s’étaient perdus, un étant sérieusement blessé. Vincken les invita sans réfléchir à venir partager son repas de Noël, lorsque quelques minutes plus tard quelqu’un frappa de nouveau à la porte. C’était quatre soldats Allemands qui demandaient à entrer pour se réchauffer un peu au coin du feu. Vincken savait qu’héberger des ennemis était un crime de haute trahison passible de l’exécution, mais elle ne se démonta pas et annonça directement aux Allemands qu’elle avait trois soldats Américains à l’intérieur, et que les soldats Allemands étaient les bienvenus à condition qu’ils laissent leurs armes à l’extérieur en cette nuit de Noël.

 

D’abord surpris par cette déclaration, les Allemands acceptèrent et entrèrent. Une tension palpable régnait dans la pièce entre les deux groupes, mais les deux camps oublièrent rapidement leur hostilité. Les Allemands donnèrent du pain et du vin afin d’égayer le repas et un des soldats Allemands, qui avait fait des études en médecine, prodigua quelques soins au soldat Américain blessé. Le leader des Allemands, un jeune caporal, montra aux Américains comment rejoindre leurs lignes et leur donna même sa boussole. Les deux groupes se serrèrent la main et repartirent chacun de leur côté en paix, ravis d’avoir pu passer un réveillon aussi inattendu.

 


Joyeux Noël et Bonne année à tous !


 

Jan "RayPall" Kozák

Rejoignez-nous sur  et   , ou encore sur le Forum !

Lire plus:
Mad Thunder: Rage et Butin!
  • 1 avril 2024
La boîte à outils!
  • 8 avril 2024
The Shooting Range #402
  • 14 avril 2024
Thunder Show: FIRE ARC
  • 12 avril 2024