War Thunder background
Oberst Josef 'Pips' Priller
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.

Fw 190A-8 du Geschwaderkommandant de la JG26 Josef "Pips" Priller, France 1944,
camouflage de PaganiZonda | télécharger ici


Né à Ingolstadt en Bavière le 27 Juillet 1915, Josef Priller grandit durant une trève, dans une Allemagne qui garde les stigmates de la Première Guerre Mondiale et témoin des changements importants apportés à la Nation avec la montée d'Hitler au pouvoir. Il est peu studieux mais n'est pas pour autant à la recherche des ennuis, il profite simplement du plein air et de ses amis, même s'il n'était doué ni pour l'athlétisme ni pour le sport. cependant, adolescent, il devient plus aggressif et plus insolent. 

 

Après l'école, Priller sert brièvement dans l'infanterie de 1935 à 1936 lorsqu'il est transféré dans une Luftwaffe naissante où il veut devenir pilote. Il commence les entraînements au vol en Octobre en Allemagne du Nord, à Saldwedel. Flamboyant, aggressif et naturellement bon pilote, Priller est sélectionné pour les chasseurs et rejoint sa première unité en ligne de front – I./JG 135 – en Avril 1937. Lorsque la guerre éclate, Priller était aux commandes d'un Bf109  , avion utilisé par la I./JG 71. Seulement un mois après, alors que l'escadrille est renommée JG 51, Priller est nommé Staffelkapitän de la 6./JG 51.

 

Un chef qui combine à merveille humour et franc-parler, le diminutif, 5’ 04” pilote de chasseur était populaire auprès de ses hommes. Ce n'est que le 28 mai 1940 que Priller confirme son premier tir effectif : un Spitfire de la RAF au Nord-Ouest de Dunkerque. Dans la même journée il descend également un Hurricane. A la fin de la bataille de France, Priller a descendu 6 avions ennemis.

 

Priller mène ses hommes au combat contre la RAF durant la Bataille de la Grande-Bretagne. Dans ce temps il quitte la JG 51 mi-Octobre, il aura descendu 20 avions ennemis, ce qui lui vaudra d'être récompensé de La Croix de Chevalier. un militaire avec peu de temps pour la politique, Priller peint le compte des avions descendus sur le haut de la swastika du stabilisateur de son Bf109. Cet humoriste pince-sans-rire l'est également au combat. Une fois, l'un de ses pilotes débutants, éloigné du reste de la formation, seul et effrayé, crie au secours à la radio. Priller, qui pouvait clairement le voir, lui dit de ne pas s'inquiéter parce que deux Spitfire arrivaient alors derrière pour se refermer sur lui, aussi il ne serait plus seul très longtemps. 

 

En novembre, Priller est posté à la 1./JG 26, en tant que Staffelkapitän à nouveau. cependant, malgré des affrontements réguliers avec des aviosn Britanniques, Priller ne confirmera aucune descente d'avion durant le reste de l'année, et son équipe sera retirée des lignes de front durant l'hiver. A la reprise des opérations sur la Manche, le retour en activité de Priller ets exploqif : il descent 24 avions ennemis tout seul en Juin et Juillet 1941, avec une grande majorité de Spitfire. Il est récompensé de Feuille de Chêne en addition à sa Croix de Chevalier après son 40ème kill, et promu à Hauptmann pour commander la III./JG 26 en Décembre 1941.

En 1942 Priller mène au front contre un nombre croissant d'opérations de la RAF, particulièrement du commandement de chasse. Le III Gruppe de Priller contribue au succès général de la JG 26 au Nord-Ouest de l'Europe où, à cause d'unités stationnées à Abbeville au Nord de la France, les équipages alliés pensent à la JG 26 comme les ‘Abbeville Boys’ et la rumeur dit que cette unité ets une unité d'élite composée de pilotes triés sur le volet. A la fin de l'année Priller comptera 80 avions ennemis descendus et le 11 Janvier 1943 il commande entièrement la JG 26.

"Lady Liberty", un B-17 descendu au-dessus des Pays-Bas par  Priller en 1943

En tant qu'As leader de la Geschwader, les standards de Priller sont formidables. Après seulement un mois aux commandes, la III/JG 54 passe sous son contrôle  depuis le Front est et après une inspection de l'unité, la déclare inapte au combat avec que cette dernière ne corresponde à ses exigences. Alors que Priller est toujours opérationnel en vol, il est également affublé de charges administratives, ainsi que de conseil sur des essais d'armes et d'équipements.

Ainsi en 1943, Priller est de moins en moins sur le terrain, et son absence est ressentie par la Geschwader, notamment avec l'accroissement de bombardiers lourds de l'USAAF qui traversent la Manche depuis les bases britanniques. Le dernier kill de Priller en 1943 sera un B-17 du 96ème Groupe de Bombardiers, descendu le 20 Octobre. Ce sera son 95ème avion descendu.

 

 

Avec l'invasion des Alliés en Normandie le 6 Juin 1944, la JG 26 est prise dans une phase transitoire entre plusieurs bases aériennes. Seul le Quartier général pouvait répondre à une attaque immédiate - le blockbuster hollywoodien de 1962 ‘Le jour le plus long’ immortalisera l'action de Priller à Sword Beach, où son ailier et lui-même mitraillent les forces terrestres britanniques avec leur Focke-Wulf FW190. Si le récit est purement fictif, son côté aggressif et rebel transparait. 

 

Au 15 Juin, Priller compte sa 100ème victoire. Alors qu'il mène ses chasseurs face à une large formation de bombardiers américains, il attaque un B-24 du 492ème groupe de Bombardier. Il l'attaque de front, et admire le feu mitraillant le cockpit et le moteur ennemi, avant de voir son dernier piquer. Il a vu le bombardier avalé par ses propres flammes au sol. La suivante e dernière victoire de Priller sera le 12 Octobre, avec un P-51. Cette dernière victoire sera la plus symbolique de sa carrière - lorsque que la majorité de ses victoires furent des chasseurs mono-moteur, il accède à la gloire comme le meilleur chasseur de Spitfire de tous les temps, en ayant descendu le plus de types différents d'avions de tous les temps. 

 

La dernière sortie opérationnelle de Priller sera le 1er Janvier 1945, en menant la JG 26 lors de l'Opération Bodenplatte, une tentative coûteuse d'attaque des aérodrômes alliés aux Pays-Bas. A la fin du mois il est nommé Inspecteur de Chasseurs Diurnes (Est), un post qu'il tiendra jusqu'à la fin des hostilités. Après la fin de la guerre il se marie et devient propriétaire d'une brasserie à Augsburg dans sa Bavière natale. Il succombera à une crise cardiaque en Mai 1961, à l'âge de 45 ans.

 

L'emblème de la JG 51 "Weeping Raven"arrivera dans l'une des prochaines mises à jour


A propos de l'auteur

     

Mark Barber, Consultant Historique War Thunder 

Mark Barber est pilote dans l'Aéronavale de la Marine Royale Britannique. Son premier livre a été publié par Osprey Publishing en 2008; par la suite, il a écrit plusieurs autres titres pour Osprey et a également publié des articles pour plusieurs magazines, dont le magazine "FlyPast" meilleur vente des magazines d'aviation au Royaume-Uni. Ses principaux domaines d'intérêt sont l'aéronavale Britannique durant la Première et la Seconde Guerre Mondiale et la Maîtrise des Chasseurs de la RAF durant la Seconde Guerre mondiale. Il travaille actuellement avec Gaijin Entertainment en tant que Consultant Historique, contribuant à la Section Historique des forums de War Thunder et en supervisant la série "l'As du Mois".


Rejoignez-nous sur  et   , ou encore sur le Forum !

Lire plus:
Le Jour de la Victoire dans War Thunder
  • 8 mai 2024
Thunder Show: CAT&MOUSE
  • 24 mai 2024
XM800T: Prouesses de bravoure
  • 24 mai 2024
Anniversaire de la fondation du "Corps of Royal Engineers": Le retour du Centurion AVRE!
  • 24 mai 2024