War Thunder background
L'obscurité comme une alliée: combats nocturnes
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.


Depuis les premiers jours de l'histoire du vol, les aviateurs ont utilisé la couverture qu'offre l'obscurité pour échapper à l'ennemi. Et ce, depuis les ballons s'échappant de Paris lors du siège de 1870 jusqu'aux raids de Zeppelins de la première guerre mondiale. Voler de nuit est intrinsèquement dangereux, mais face à de puissantes défenses, le jeu peut en valoir la chandelle; au début de la deuxième guerre, la RAF et la Luftwaffe bombardèrent de jour, mais les pertes trop importantes conduisirent à des bombardements stratégiques de nuit à partir de fin 1940.

Bien que la plupart des matches dans War Thunder se déroulent de jour, des batailles peuvent également prendre place de nuit. Les batailles nocturnes sont visuellement saisissantes, avec des phares de DCA à travers les cieux et de scintillants feux de traceurs brûlants à travers l'obscurité; les effets ne sont pas uniquement là pour le show, les phares de recherche sont aussi éblouissants que le soleil si vous êtes pris dans leurs faisceaux. Le clair de lune offre une certaine visibilité en jeu, ce qui permet aux joueurs de ne pas avoir à voler dans un noir complet, mais les cibles sont plus dures à identifier dans la pénombre. Dans les modes ayant les marqueurs de cibles, ceux-ci sont toujours présents, mais apparaissent à une portée bien moindre qu'en plein jour. Les bombardiers ont une meilleure chance de rester non détecté, particulièrement si le pilote prend avantage du terrain ou de la couverture nuageuse. pour une approche furtive sur sa cible. En bataille de chars, les véhicules stationnaires sont particulièrement difficiles à repérer, leur offrant un gros potentiel d'embuscade.



Les batailles nocturnes en mode simulateur offrent un aperçu du challenge que devaient relever les pilotes de chasse de nuit, essayant de localiser un appareil ennemi en 1940 avec pour seul équipement leurs globes oculaires. Les premières interceptions étaient majoritairement de la chance, mais à partir de 1941 et 1942 la RAF et la Luftwaffe déployèrent des chasseurs de nuit équipés de radars, tel que le Beaufighter, le Moskito, le Bf 110 ou le Ju 88. Le champ de bataille s'étendit alors sur une dimension, le spectre électromagnétique; chaque camp déploya des radars, des brouilleurs et des détecteurs avec une sophistication croissante tout au long de la guerre.

Les missions de nuit sont inhabituelles en batailles aléatoires sur War Thunder, mais vous pouvez spécifier les conditions météorologiques et l'heure de la journée en utilisant l'option "vol de test / conduite de test". Pour les avions, il y a aussi le bouton "éditeur de mission" en bas à gauche de l'écran de "vol de test" qui vous permettra de créer une mission personnalisée contres des IA, tel que la défense ou l'attaque de bombardiers de nuit.


 


Le bombardement de nuit ne se limita pas aux campagnes stratégiques de l'Europe de l'Ouest. Partout ailleurs, des attaques à plus petite échelle se déroulèrent, visant à perturber et harasser les troupes et transports ennemis. Les Régiments Soviétiques de Bombardement de Nuit, volant sur biplans Po-2 furent le fléau des troupes de l'Axe. Le plus connu d'entre eux est indiscutablement le régiment féminin du 588ème Régiment (plus tard 46ème Régiment de la Garde), connu sous le nom de "Night Witches" (Sorcières de la Nuit). Le Po-2 est parfois disponible durant des événements spéciaux sur War Thunder et a acquis parmi les joueurs un statut légendaire, avec sa vitesse de pointe de 150km/h. En réponse, la Luftwaffe s'empressa de convertir des biplans d'entraînement comme le Ar 66 ou le Go 145 pour le service actif, organisés en "Nachtschlachtgruppen" (groupes d'attaque de nuit, NSGr). Le Ju 87 devenant trop vulnérable pour les opérations diurnes, plusieurs NSGr furent rééquipés d'une version d'attaque de nuit, opérant sur les deux fronts.



Dans le Pacifique, les raideurs de nuit japonais, rencontrés pour la première fois à Guadalcanal, causèrent de faibles dégâts, mais gagnèrent des surnoms variés de la part des troupes américaines en manque de sommeil, tels que "Louie le Pou" ou "Machine à Laver Charlie". Les US avaient initialement peu de moyens pour les combattre, mais l'Armée de l'Air, la Marine et les Marines furent finalement équipés de chasseurs nocturnes très capables, comme le P-61 Black Widow et la version de nuit du F6F Hellcat. Les F6F équipés de radars étaient peu commun, dans la mesure où il s'agissait d'un mono-moteur, mono-place pour la chasse de nuit, alors que la plus part des autres chasseurs avaient un opérateur radar désigné. Lorsque les raids de B-29 commencèrent sur le Japon, l'IJA (Armée Impériale Japonaise) et l'IJN (Marine Impériale Japonaise) déployèrent des chasseurs comme le Ki-45 et le J1N1 Gekko dans le but de les contrer, mais le "Superfortress" était un formidable adversaire pour une Force Aérienne Japonaise épuisée.
 
War Thunder offre plusieurs missions contre des IA (se trouvant dans "Missions solo" dans le menu). Elles étendent les théatres disponibles, incluant des missions telles que "Sauvetage d'une Night Witch", partant au secour d'un équipage de Po-2 abattu sur le Front de l'Est, et "Garde de Nuit", faisant de l'interdiction de convois sur Peleliu à bord d'un F6F.

Les batailles de nuit offrent un très rapide aperçu des difficultés qu'ont les vrais pilotes à opérer dans l'obscurité, et offrent un changement intéressant lorsqu'elles sont jouées; mais je soupçonne que ces conditions difficiles impliquent que la plupart des joueurs soient contents qu'elles demeurent plus une exception qu'une règle.

Auteur: John Moore


L'équipe War Thunder.

Lire plus:
Regardez la Thunder CUP 2024 et recevez des Récompenses uniques en Twitch Drops!
  • 13 février 2024
Appel du Dragon: Remportez l'Objet 292!
  • 25 janvier 2024
Thunder Show: GOTTA GO FAST
  • 23 février 2024
Précommande: Centauro RGO et Strv 121B Christian II
  • 22 février 2024