War Thunder background
Major Helmut Wick
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.


Bf 109, similaire à l'appareil du Major Helmut Wick.

Dans le ciel du sud-ouest de l’ile de Wight, le 28 novembre en début de soirée, 3 Bf-109 E du Stabsschwarm JG2 étaient en combat avec des Spitfires du 609ème Squadron de la RAF. Aux commandes d’un des chasseurs allemands, se trouvait l’Oberleutnant Rudolph Pflanz. Dans le combat tournoyant, il vit un autre Bf-109 abattre un Spitfire, mais un instant plus tard, un second chasseur britannique engagea le 109 et le descendit à son tour. Pflanz vit la verrière s’éjecter et le pilote sauter alors qu’il manœuvrait dans les six heures du Spitfire et ouvrait le feu. La nuée de projectiles toucha le Spitfire qui finit dans la mer, le pilote encore aux commandes. A ce moment, Pflanz ne savait pas encore qu’il venait de défaire le pilote qui avait abattu Helmut Wick, l’As ayant le plus de victoires lors de la Bataille d’Angleterre. Le parachute de Wick dérivait vers la mer et fut bientôt hors de vue.

Helmut Wick en octobre 1940

Né à Mannheim, dans le Baden-Württemberg, dans le sud-ouest de l’Allemagne en aout 1915, Helmut Wick était le plus jeune de trois enfants. Wick a passé la plupart de son enfance à sillonner l’Allemagne à cause du métier de son père, ingénieur en génie civil. A la fin de sa scolarité, Wick commença une formation de forestier, mais changea de voie et rejoignit la Luftwaffe nouvellement créée dans l’espoir de voler. Engagé en tant que Fahnenjunker (élève-officier) grâce à ses performances impressionnantes aux tests d’entrée, Wick commençât sa formation d’officier à Dresde en avril 1936. Wick connut quelques difficultés lors de sa formation mais fut macaronné et affecté au II Gruppe Jagdgescwader 135 sur chasseur Arado Ar-68. Il fut promu Lieutenant à l’automne 1938 avant d’être transféré au Jagdgescwader 133 en janvier de l’année suivante.

Lors de son affectation au JG 133, Wick fut formé sur le chasseur Messerschmitt Bf-109, passant d’un archaïque biplan à cockpit ouvert à un chasseur de hautes performances dernier cri. Cette transition fut facilitée par le tutorat paternaliste de son commandant, l’expert de la chasse, vétéran de la guerre d’Espagne : Werner Mölders. Mölders, très patient, reconnu au jeune Wick, têtu et franc des compétences et une habileté brute, développant ses aptitudes et le faisant progresser vers le statut de chef de groupe. Cette progression professionnelle vint de pair avec une grande transition dans la vie personnelle de Wick qui en aout épousa sa fiancée Ursel, enceinte de plusieurs mois.

A la fin du mois, Wick fut transféré au 3./JG2, durant toute la guerre éclair sur la Pologne et les jours qui suivirent, il passa tranquillement le début de la Seconde Guerre Mondiale affecté à la défense aérienne de Berlin. Son unité fut déplacée à la frontière ouest de l’Allemagne pour ce qui fut nommé plus tard « la drôle de guerre », alliés et allemands postés face à face n’ayant que très peu de contacts pendant plusieurs mois. En dépit de cela, Wick abattit un Curtiss Hawk 75 français en novembre. Il reçut la Croix de Fer de seconde classe et retourna chez lui pour Noel, sa femme étant prête à accoucher.



Wick recevra ce Fliegerpokal pour sa
50ème victoire.

Quand la Bataille de France débuta au début de mai 1940, Wick fut crédité de trois bombardiers français lors d’un seul combat et mi-juin il remporta 10 victoires et fut récompensé de la Croix de Fer de première classe. Avec 14 victoires confirmées à la fin de la campagne française, Wick était devenu le troisième As de la Luftwaffe. En juillet, Wick fut promu au grade d’Oberleutnant et prit le commandement du 3ème Staffel du JG2 alors que la Luftwaffe commençait ses attaques contre le Fighter Command de la RAF dans le ciel du sud de l’Angleterre. Menant toujours le combat avec agressivité et détermination, Wick vit son tableau de chasse se remplir de victoires pendant les premières phases de la Bataille d’Angleterre : le 24 aout, il abattit son 20ème appareil ennemi et se vit décerner la Croix de Chevalier trois jours plus tard par Hermann Goering.

Après une courte permission à Berlin avec sa famille, Wick revint au front et fut promu au grade d’Hauptmann. Avec ce grade vint la responsabilité du Gruppenkommandeur du I Gruppe JG2. Continuant à voler sans relâche contre les Spitfires et les Hurricanes de la RAF, Wick doubla son nombre de victoires confirmées en un mois, culminant le 5 octobre quand il abattit 5 chasseurs britanniques près de l’ile de Wight ; une zone devenue le terrain de chasse favori de Wick. Il devint la quatrième personne à recevoir les Feuilles de Chêne sur sa Croix de Chevalier, remises des mains mêmes d’Hitler. Invité à un banquet et présenté comme un Héro par les hauts gradés de la Luftwaffe, l’attention et l’adulation montèrent à la tête de Wick, déjà confiant et opiniâtre. Lors d’une conférence de presse internationale, en octobre à Berchtesgaden, Wick proclama aux médias du monde que les qualités des pilotes de la RAF étaient « risibles » avant de les accuser de lâcheté et de ridiculiser d’autre corps comme l’artillerie anti-aérienne et l’utilisation de ballons. Il résuma la situation en affirmant que la Luftwaffe avait atteint une parfaite maitrise du ciel.

Deux semaines plus tard, Wick fut promu Major et reçut le commandement du JG27. Il demanda à Goering en personne à garder son propre Geschwader, ce qui lui fut rapidement accordé. Le 6 novembre, lors d’une seule sortie, Wick abattit 2 Hurricanes et 3 Spitfires. Engagé dans une compétition avec les autres As Adolf Galland et son ancien mentor Werner Mölders, Wick abattit un Hurricane le 7 et un Spitfire le 10 près de Portsmouth, arrivant à 54 victoires. Il était au sommet à égalité avec Mölders. Il attendit plus de deux semaines avant sa prochaine rencontre avec la RAF et, l’après midi du 28 novembre, après avoir abattu un Spitfire près de l’ile de Wight, Helmut Wick devint l’As le plus titré du monde. Soucieux de continuer sur sa lancée, il décolla à nouveau à 16h10 et retourna dans la même zone que quelques heures avant.

Les unités de Wick : des Bf109

Apercevant un Squadron de Spitfires grimpant pour intercepter ses Bf-109, Wick mena ses chasseurs dans une attaque en piqué contre les chasseurs britanniques. Le Pilot Officer Paul Baillon du Squadron 609 tomba sous les tirs de Wick et devint la 56ème – et dernière- victoire de l’As allemand. Lors de la suite du combat, l’Oberleutnant Rudolph Pflanz vit un Spitfire se glisser dans les 6 heures d’un autre Bf-109 et le descendre. Pflanz abattit le Spitfire et vit le pilote du 109 sauter et disparaitre sous lui. Bien que plusieurs pilotes de Spitfire revendiquaient des victoires lors de cet engagement, il est probable que Wick ai été abattu par l’As aux 16 victoires, le Flight Lieutnant John Dundas. Dundas fut lui-même tué lors du même combat par Pflanz.

D’intenses recherches furent menées nuit et jour pour retrouver Wick, à la fois par des unités navales et par le service de sauvetage en mer de la Luftwaffe. Malgré la déclaration erronée d’un journal allié qui écrivit en janvier 1941 que Wick avait été retrouvé et interné dans un camp de prisonniers de guerre canadien, son corps ne fut jamais retrouvé et il fut présumé mort le 4 décembre 1940.

Wick était un bon exemple de stéréotype du pilote de chasse : confiant, agressif, franc et aimant être sous le feu des projecteurs. Cependant, il était apprécié des hommes sous son commandement : quand le Generalfeldmarschall Hugo Sperrle vint faire une inspection de l’escadrille de Wick, il remarqua que les tenues du personnel au sol étaient négligées. Wick répondit: « Ces hommes travaillent jour et nuit pour garder nos chasseurs en état de vol et ont mieux à faire que d’aller se faire couper les cheveux ». Il disait aussi vouloir combattre et mourir au combat en emportant le plus d’ennemis possible avec lui. Helmut Wick a atteint son but admirablement.


A propos de l'auteur:

     

Mark Barber, Consultant Historique pour War Thunder.

Mark Barber est un pilote de la British Royal Navy's Fleet Air Arm. Son premier livre fut publié par Osprey Publishing en 2008. Depuis, il a publié de nombreux ouvrage sur l'aviation ainsi que des articles pour plusieurs magasines, dont "FlyPast", le magasine d'aviation le plus populaire aux UK. Il s’intéresse principalement à l'aviation navale Britannique de la Première et Seconde Guerre mondiale, ainsi qu'au RAF Fighter Command. Il travaille actuellement pour Gaijin Entertainment en tant que consultant historique, avec une aide dans la partie historique du forum de War Thunder et une supervision des articles "Ace of the Month"


Dans une prochaine mise à jour:
Emblème du squadron JG2 "Richthofen"

 
Decal réalisé par Jej 'CharlieFoxtrot' Ortiz

L'équipe War Thunder

Lire plus:
Le Jour de la Victoire dans War Thunder
  • 8 mai 2024
Thunder Show: CAT&MOUSE
  • 24 mai 2024
XM800T: Prouesses de bravoure
  • 24 mai 2024
Anniversaire de la fondation du "Corps of Royal Engineers": Le retour du Centurion AVRE!
  • 24 mai 2024