War Thunder background
L’Armée de l’Air Italienne
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.

Macchi 202 "Folgore" 378 Squadriglia, 155 Gruppo, 51 Stormo Serial: 378-4 (MM7711) Gela, Août 1942. Camouflage de PorcoRosso86 | Télécharger


L’Armée de l’Air Italienne, appelée la Regia Aeronautica en Italien, fut officiellement fondée en 1923 comme étant une branche indépendante des forces armées italiennes. Les Italiens furent la première armée au monde à effectuer un vol de reconnaissance militaire et un bombardement aérien, à la fin du mois d’octobre 1911. Lors de la période entre les deux Guerres Mondiales (1918-1936), la Regia Aeronautica semblait avoir un brillant avenir devant elle. Portée par de grands esprits, comme le général Italo Balbo, elle jouissait d’une grande renommée, avec notamment des exploits comme le premier vol transatlantique en bombardier et des tactiques qui révolutionnèrent les affrontements aériens Européens. L’industrie Italienne faisait partie des meilleures au monde, et les bombardiers lourds Italiens étaient à cette époque sans rivaux en terme d’efficacité.

Macchi MC.200 Saetta escortant les bombardiers S.79 en Afrique du Nord 1941

Cependant dans les années 1930 la Regia Aeronautica commença à changer. Le général Italo Balbo, dont l’influence était énorme, trouva la mort suite à un tir fratricide au dessus de l’Ethiopie, qui était alors une colonie Italienne, emportant avec lui dans sa tombe toutes ses idées et sa vision de ce que devait être la force aérienne de son pays. La Regia Aeronautica possédait encore dans ses rangs des pilotes très talentueux, mais aucun ne se révéla aussi influant que Balbo. La Reagia Aeronautica participa à des nombreuses batailles lors de la Guerre Civile Espagnole, aux côté des Nationalistes Espagnols et de la “Légion Condor” Allemande, ainsi qu’en Ethiopie en menant à bien de nombreux combats et bombardements. Cependant leurs ennemis étaient toujours très faibles et utilisaient des appareils dépassés, et l’opposition aérienne était même complètement inexistante dans certains cas. Ceci échappa à Mussolini, qui pensa alors que la Regia Aeronautica n’avait plus besoin d’être autant financée que par le passé.

Les conséquences de cette baisse de financement furent catastrophiques. Au début de la Seconde Guerre Mondiale, l’Italie possédait la force aérienne la plus faible des trois pays de l’Axe. Même si 3500 appareils étaient disponibles, seulement la moitié d’entre eux étaient effectivement opérationnels, et les avions modernes étaient rares. Les meilleures avions étaient les Macchi MC.200, les Fiat G.50 et les Savoia-Marchetti SM.79, qui furent reconnus plus tard comme étant les meilleurs bombardiers torpilleurs de l’époque. Malgré ces appareils très performants, la Regia Aeronautica souffrait de plusieurs handicaps. L’industrie Italienne était vieillissante, certaines usines étant même carrément dépassées, les communications radio avaient été négligées et l’entraînement des pilotes se focalisait sur les capacités individuelles plutôt que sur les tactiques de combat en groupe. La Reagia Aeronautica fut engagée dans de nombreuses batailles au cours de la WWII, généralement en coopération avec la Luftwaffe. On peut notamment citer les Batailles d’Angleterre et de France, ainsi que les sièges de Malte et Gibraltar, qui sont surement les plus hauts faits d’armes des pilotes Italiens.

Le seul bombardier italien à longue portée, le Piaggio P.108

La reddition de l’Italie en 1943 entraîna la division de la Regia Aeronautica en deux forces distinctes. La force Royaliste Co-belligérante (Aviazione Cobelligerante Italiana, ou ACI) qui se rangea et combattit avec les Alliés dans le sud de l’Italie, tandis qu’au Nord se forma la Force Aérienne Nationale Républicaine (Aeronautica Nazionale Republicana, ou ANR) qui resta aux côtés des forces de l’Axe. A cette époque l’Italie avait rattrapé son retard en matière d’appareils, avec notamment la “série 5”, un surnom donné à la génération de nouveaux avions composée de Reggiane Re.2005, Fiat G.55 et surtout de Macchi C.205, qui fut plus tard considéré comme étant l’un des meilleurs chasseurs de la guerre. Cependant ces appareils arrivèrent trop tard dans le conflit pour y jouer un rôle majeur. Les deux forces aériennes Italiennes n’engagèrent jamais le combat entre elles, se considérant comme Italiennes avant tout malgré leurs différences politiques. Sur toute la durée de la guerre, les pertes Italiennes s’élevèrent à près de 5000 avions, un total confirmé par les rapports Italiens de l’époque. Contrairement aux autres forces aériennes, les Italiens ne possédaient pas un système de victoires aériennes, mais certains pilotes notaient tout simplement leurs résultats de leur côté. Si l’on se fie à ces documents, deux pilotes arrivent à égalité avec 26 victoires aériennes, les pilotes Franco Lucchini et Adriano Visconti. Le 2 juin 1946 la République Italienne fut officiellement fondée, et les deux forces aériennes se regroupèrent sous le nom de Aeronautica Militare

Malgré leur histoire chaotique, les diverses forces aériennes Italiennes ont prouvé qu’il ne fallait pas les négliger. Et même si certains pays les considérèrent comme peu importantes, il est certain qu’elles ont marqué à leur manière le déroulement de la Seconde Guerre Mondiale.


Sergej "NuclearFoot" Hrustić


Lors d'une prochaine mise à jour nous ajouterons l'emblème  de la 377a Squadriglia Autonoma"
et celle de la "150a "Squadriglia, 2° Gruppo"
à War Thunder:

Décalcos de Jej 'CharlieFoxtrot' Ortiz et Colin 'Fenris' Muir



Rejoignez-nous sur  et   , ou encore sur le Forum !

Lire plus:
Découvrez la mise à jour “Seek & Destroy”!
  • 19 juin 2024
The Shooting Range #412
  • 23 juin 2024
Thunder Show: MILK TRUCK AA
  • 21 juin 2024
MPK Pr.11451: Domination en eaux peu profondes
  • 18 juin 2024