War Thunder background
Le Mitsubishi J2M3 Raiden
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.

J2M3 Raiden, 352-37, 352 Flying Group, Japon, Kanoya AB, April 1945 camouflage de Ayy_Lmao | Téléchargement 


Histoire :

En septembre 1939, le commandement du Service Aérien de la Flotte Impériale Japonaise (IJNAS) émit l’appel d’offres 14-Shi, demandant le développement d’un appareil base sur la terre ferme, ayant un bon taux de montée, une bonne vitesse et qui pourrait transporter un armement lourd, le rendant capable d’intercepter et de détruire les bombardiers – au Japon, ce simple appel d’offre était déjà en soi une petite révolution, puisque le nouveau chasseur serait conçu pour des performances de vitesse et de puissance de feu, au lieu alors que généralement, étaient privilégiées l’autonomie et la manœuvrabilité.

Mitsubishi J2M

L’entreprise Mitsubishi fut retenue pour son projet, qui fut lance sous le nom de M-20. Un prototype fut assemblé : un monoplan aux ailes basses, fait intégralement de métal, propulsé par un moteur Mitsubishi MK4C-A Kasei 13 à refroidissement thermique, d’une puissance de 1430 chevaux. Les concepteurs essayèrent d’améliorer la visibilité du pilote au-dessus du moteur en intégrant un système de refroidissement étanche ; un ventilateur fut installé sur l’axe de l’hélice sous les casseroles, de manière similaire au moteur allemand BMW 801. Une aile à profile laminaire fut utilisée, sur laquelle furent montés des volets de type Fowler pour améliorer la manœuvrabilité. Sur le prototype, l’armement résidait dans deux canons Type 99 Mk.1 Model 3 de 20 mm montés sur les ailes, et de deux mitrailleuses Type 97 de 7,7 mm au niveau du système de refroidissement moteur. Le premier vol eut lieu le 20 mars 1942, et permit de déceler immédiatement quelques défauts : un moteur qui avait tendance à surchauffer, une mauvaise visibilité depuis le cockpit, un mécanisme d’hélice peu fiable, sans parler des vibrations dues au moteur. Néanmoins, les trois premiers prototypes furent acceptés au service sous le nom de J2M1 Raiden (“Thunderbolt”). Il fut bientôt suivi du J2M2, une variante dotée d’un moteur plus puissant, et de nombreuses amélioration de structure.

La variante produite en plus grand nombre, et que reste le sujet principal de cet article, reste le modèle J2M3. Cette version était propulsée par un moteur Mitsubishi MK4R-A Kasei 23 radial, doté d’un meilleur système de refroidissement. Cette machine était également dotée d’un système d’injection d’un mélange d’eau et de méthanol, et ayant une hélice à quatre pales, il disposait d’une puissance de 1820 chevaux. La verrière fut repensée, permettant une meilleure visibilité, tout en étant renforcée. L’armement évolua lui aussi, passant à quatre canons – de Type 99 Mk.1 pour la paire intérieure, et de Type 99 Mk.2 pour les deux les plus à l’extérieur. En tant qu’armement secondaire, le Raiden pouvait transporter deux bombes de 60 kg disposées sous les ailes. La vitesse maximale atteignait les 655 km/h à une altitude de 5304 mètres, tandis que le temps nécessaire pour atteindre les 6096 mètres était de 5 minutes et 36 secondes.

Les premiers Raidens opérationnels connurent leur premier engagement aérien en mars 1944, au-dessus de la mer des Philippines. Les Raidens furent par la suite souvent utilisés pour la défense des îles nippones. Placé entre les mains d’un pilote doué, il pouvait se révéler être un intercepteur efficace, capable de représenter une menace non seulement pour les bombardiers B-24 Liberator, mais aussi pour les B-29 Superfortress plus rapides et plus avancés. Bien que n’étant pas conçus pour les combats tournoyants, il pouvait néanmoins bien se défendre face aux chasseurs américains tels que les P-47, P-51, F4U ou F6F, en utilisant la tactique du “boom-and-zoom”, qui maximisait ses atouts, tels que son taux de montée et sa puissance de feu, mais, à la fin de la guerre, les Raidens furent durement touchés par les défauts de montage, et l’affaiblissement des stocks de carburant et de pièces de rechange.

Au final, peu de J2M3 furent construits, 281 appareils (dont 21 J2M3a-21 Ko, une version dotée de quatre canons de Type 99 Mk.2). Plusieurs d’entre eux furent captures par les forces américaines, et testés par des pilotes américains. Le Raiden leur fit bonne impression, surtout pour son système de refroidissement.

Dans War Thunder:

Vue  aux Rayons X du J2M3 dans War Thunder

Dans War Thunder, le Mitsubishi J2M3 Raiden est un chasseur japonais de tier IV avec une cote de bataille de 5.0, à la fois pour les modes arcade et réalistes, et se positionnes comme le successeur du Kawanishi N1K2-J. Comme en réalité, il est armé de deux canons Type 99 Mk.1 de 20 mm (190 munitions par canon, paire intérieure) et deux Type 99 Mk.2 de 20 mm (210 munitions par canon, paire extérieure), pour un total de 800 munitions. De plus, vous pouvez débloquer des emplacements de bombe situés sous les ailes, capable d’emporter des bombes de 60 kg.

En termes de performance pure, la vitesse maximale du Raiden, à une altitude de 5350 mètres, est de 635 km/h (657 avec la WEP), alors qu’au niveau de la mer, sa vitesse maximale est de 551 km/h (571 avec la WEP). Les ailes se cassent à 800 km/h. Le temps pour atteindre les 3000 m d’altitude est de 161 secondes (135 avec la WEP), et tourner sur soi-même, horizontalement comme verticalement, prendra 20 secondes à la vitesse de 535 km/h.

Le Raiden doit se jouer comme un pur chasseur de Boom-and-Zoom – caractéristique unique dans l’arbre japonais. De fait, si vous êtes habitués aux Focke-Wulf Fw 190, vous ne serez pas dépaysés par le Raiden. Contrairement à son homologue allemand, cependant, le Raiden est un bien meilleur grimpeur ; quand il est totalement amélioré et en utilisant la WEP, vous pouvez grimper plus vite que la plupart de vos ennemis à cette cote de bataille. En ayant l’avantage de la vitesse et de l’altitude (qui sont tous deux cruciaux pour un Raiden), et placé entre les mains d’un pilote expérimenté, il peut se révéler être un chasseur mortel, frappant depuis la hauteur des ennemis ne l’ayant pas vu, les pulvérisant littéralement avec ses quatre canons, avant de repartir hors de portée, à l’abri en haute altitude. Rester à la verticale est fortement recommandé, car le Raiden n’est pas fait pour les combats tournoyants. Si vous êtes suffisamment malchanceux pour vous retrouver coincé dans un duel tournoyant à basse vitesse, la plupart des chasseurs ennemis n’auront pas de difficulté à prendre l’avantage face à vous.

En résumé, le Raiden est un des meilleurs chasseurs à haute vitesse, et vous offrira une puissance de feu importante, un excellent taux de montée, et une bonne vitesse. Cet appareil n’est pas ait pour les débutants, mais si vous parvenez à le dompter, vous deviendrez une menace mortelle avec laquelle vos ennemis devront compter. Poursuivre les recherches après le Raiden vous mènera à l’exotique J7W1 Shinden, reconnaissable entre tous par sa construction en canard et ses puissants canons de 30 mm

Note: Toutes les mesures de performances sont prises depuis la difficulté RB. Visée à la souris avec des contrôle automatique du moteur et le réservoir de carburant plein. Le temps mesuré depuis le poids mort, sur piste, à 20 degrés.

Jan “RayPall” Kozák

Rejoignez-nous sur  et   , ou encore sur le Forum !

Lire plus:
Le Jour de la Victoire dans War Thunder
  • 8 mai 2024
Thunder Show: CAT&MOUSE
  • 24 mai 2024
XM800T: Prouesses de bravoure
  • 24 mai 2024
Anniversaire de la fondation du "Corps of Royal Engineers": Le retour du Centurion AVRE!
  • 24 mai 2024