War Thunder background
Tactiques d’attaques terrestres et aéronautiques - Partie 4: Attaque missile
Attention! Cette news a été publiée avec l'ancienne version du site. Il peut y avoir quelques problèmes d'affichage des informations dans des versions de navigateur spécifiques.
 

Du 11 avril 8H au 12 avril 8H

Détruisez 200/50/20 cibles au sol en mode 

Arcade/Realistic/Simulator battles

respectivement au moyen des avions suivants

Complétez cette mission pour gagner 100.000 


Liste des avions:

  • P-47D-25
  • P-47D-28
  • P-51 (toutes modifications)
  • F4U-1d
  • Beaufighter (toutes modifications)
  • IL-2
  • IL-2M
  • IL-10

 


Bien qu'elle soit utilisée efficacement dans les airs depuis quelques temps, les roquettes sont uilisées depuis des siècles dans le contexte militaire. La première utilisation significative se fit en 1916 quand l'avion allié utilise la roquette Le Prieur en combat aérien contre des ballons ennemis. En revanche, il s'avère que c'est contre les cibles sur terre et sur mer que les roquettes déploiront leur potentiel dès la Seconde Guerre Mondiale.
Lorsqu'il a été démontré que la puissance des Vickers 40mm n'étaient pas aussi performants contre les gros tanks, il a fallu trouver une solution. L'Union Soviétique quant à elle utilisait déjà les roquettes pour les attaques au sol durant les conflit l'opposant au Japon et à la Finlande puis lors de l'invasion allemande de 1941. Malgré tout, la précision des roquettes RS-82 ainsi que des RS-132 est quasi nulle et un un tir direct seulement pouvait anéantir un tank, même léger.
La première roquette de qualité fût conçue par les Britanniques est la RP-3 ( Rocket Projectile 3 inch) souvent nommée la roquette '60 livres' ou encore '25 livres' , selon les ogives dont elle est équipée.
 
En ce qui concerne les tactiques de feu des avions utilisant des roquettes, il faut beaucoup de flexibilité en comparaison des autres techniques d'attaque au sol. Comme le tir de roquette est un tir direct, l'avion doit être assez proche de sa cible et pointer sur lui alors qu'il est déjà prêt à faire feu. Donc arriver à mi-hauteur - à 2000 pieds ou plus - pour verrouiller sa cible avant de lui foncer dessus. malgré une vitesse importante de 400 mph avec une déflagration jusqu'à 1 mile, le RP-3, comme ses homologues soviétiques, reste une arme très approximative. Avec un nez important, la roquette plonge quasiment instantanément en glissant du rail, augmentant alors le problème de la précision. Aussi une tactique standard d'attaque consiste à plonger sur la cible, avec un angle pouvant atteindre 45°. Les pilotes novices, pour se repérer, visualisent alors l'alignement de l'arme vers la cible, comme s'ils pouvaient 'marcher' vers elle. Quoi qu'il en soit, il fallait alors lever légèrement le nez de l'avion pour prendre en compte le poids de la roquette à son larguage. De ce fait les pilotes expérimentés font bien plus souvent mouche. Le pilote peut larguer 1 roquette à le fois, par paire ou encore en totalité, comme il était souvent d'usage façe à une cible ennemie unique, pour pallier au manque de précision. La portée de la roquette dépend principalement de la taille de la cible, de la coutume locale et de l'expérience du pilote, de plus de 100m à moins de 500m. Cependant libérer une roquette tardivement était tout autant dangereuse pour le pilote;  dégâts surbis par l'explosion, endommagement des armes. La déflagration est si importante que le pilote ne peut alors pas se mettre à l'abri assez rapidement et finit donc par s'écraser. Ls pilotes américains  utilisent leurs propres armes 5-inch Forward Firing Aircraft Rocket et plus tard High Velocity Aircraft Rocket (HVAR) avec des techniques similaires, mais avec une profondeur plus importante pour éviter les incendies au sol et diminuer la visibilité de l'ennemi.
L'efficacité des roquettes était au départ sous-estimée. des recherches d'après-guerre ont montré que les dégâts sur le mental de l'ennemi étais supérieur aux dégâts réels. Par exemple, des statistiques ont montré qu'un avion de la 2nd Tactical Air Force Britannique et de l'US 9th Air Force  en région montagneuse en Août 44, que seuls 7 des 43 tanks détrits l'ont été à cause d'une roquette. Un succès important contre des cobles faciles comme les véhicules blindés ou les mitrailleuses souvent usités pour les cibles faciles. Des résultats équivalents pour la fameuse action ‘Falais Pocket’ du même mois où les roquettes ne sont responsables que de 1.7% des véhicules détruits. Presque 60% des véhicules allemands ont été hors d'usage par abandon de véhicules intacts par des équipiers  : les interviews de prisonniers de guerre allemands ont révélé un impact psychologique important des attaques venant du ciel, particulièrement par les roquettes. De même les fusées contenant des grenades HE ont déstabilisé beaucoup de monde, même dans des positions reculées.
 
Les roquettes sont également utilisées à grande échelle par la Marine, notamment par les Forces Britanniques et Américaines. Ces dernières sont en effet très efficaces contre les sous-marins ennemis, tant que que le temps nécessaire à la libération des roquettes . 13 kilos de têtes sont ainsi utilisées dans l'attaque anti-sous-marins, au moyen de tirs directs.  La tactique de la Fleet Air Arm  consiste à plonger plus profondément  à 20-30°, avec des roquettes armées par paires , visant légèrement au-dessus du sous-marin mais légèrement en-dessous de la ligne de flottaison pour une efficacité maximale. En mai 1943 un Fairey Swordfish de l'escadron 819 de l'escadron Naval , Fleet Air Arm, fût le 1er à détruire le U-752, ce qui force alors l'équipage à quitte le navire. Si les roquettes n'ont pas coulé le navire, les dégâts sont assez important pour éviter une riposte. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale 250U-Boats fûrent détruits  par des avions Alliés, représentant environ un quart des pertes d'U-Boats, la roquette étant l'arme de destruction préférée.
Si elle n'était pas l'arme principalement utilisée durant la Seconde Guerre Mondiale, la roquette est une avancée importante  dans la lutte maritime. Aujourd'hui elle est toujours utilisée et se fait de plus en plus précise.

L'auteur

Mark Barber, Consultant historique War Thunder

 

Mark Barber est pilote dans l'Aéronavale de la Marine Royale Britannique. Son premier livre a été publié par Osprey Publishing en 2008; par la suite, il a écrit plusieurs autres titres pour Osprey et a également publié des articles pour plusieurs magazines, dont le magazine "FlyPast" meilleur vente des magazines d'aviation au Royaume-Uni. Ses principaux domaines d'intérêt sont l'aéronavale Britannique durant la Première et la Seconde Guerre Mondiale et la Maîtrise des Chasseurs de la RAF durant la Seconde Guerre mondiale. Il travaille actuellement avec Gaijin Entertainment en tant que Consultant Historique, contribuant à la Section Historique des forums de War Thunder et en supervisant la série "l'As du Mois".

 
Lire plus:
Découvrez la mise à jour “Seek & Destroy”!
  • 19 juin 2024
MPK Pr.11451: Domination en eaux peu profondes
  • 18 juin 2024
The Shooting Range #411
  • 16 juin 2024
Thunder Show: CLASSIC BOMB vs NUKE
  • 14 juin 2024